La maîtrise de soI

Les adeptes de l’école de la force « douce » ou « interne », accordent une très grande importance au « self-control », ou contrôle de soi physiquement, émotionnellement et spirituellement, pour pouvoir répondre à tous les évènements de la vie de manière la plus sereine, adaptée et objective possible.

Il est indispensable et notamment pour les pratiquants d’arts martiaux de cette forme d’école, d’accueillir les succès ou les échecs de la vie avec un égal sang froid. Il est primordial de pouvoir évaluer les situations positives ou négatives ainsi que les évènements de la vie avec esprit, intelligence et relativité. Il faut avoir une approche réaliste des problèmes afin de pouvoir parvenir à les résoudre toujours avec succès et satisfaction.

Tout ceci prend corps et se réalise dans la vie du pratiquant de Kung-Fu graduellement, à partir des exercices et entraînements dont les niveaux et la compréhension augmentent avec le temps. Tout l’entraînement subit et acquis dans le cadre du Kung-Fu, conditionne par conséquent la vie du pratiquant sur plusieurs plans :

  1. sur le plan physique (car l’entraînement permet de renforcer le corps et donc augmenter sa capacité de résistance et par conséquent contribue au développement du potentiel santé),
  2. mental (car il lui procure alors une résistance mentale accrue lui permettant de faire face aux aléas de la vie de tous les jours avec une meilleur ténacité par l’obtention d’un mental optimiste et une pensée toujours positive),
  3. spirituel (car il lui permet d’obtenir un esprit plus affuté, vif et lucide lui permettant de s’adapter rapidement aux changements survenus dans la vie).

Tout ceci se transmue en un mode de vie particulier assorti d’un état d’esprit adapté. Ainsi, le Kung-Fu peut faire accéder le paramètre du self-control au niveau d’un art, à la condition que l’on prenne conscience de l’importance de cette « mission ».